Quelles sont les maladies héréditaires qui peuvent affecter les terre neuve ?

1/ La cysténurie du terre neuve
2/ Les cardiopathies héréditaires du terre neuve
3/ L'ostéochondrite disséquante ou dysplasie du coude du terre neuve.
4/ La dysplasie coxo-fémorale ou dysplasie de la hanche du terre neuve.

5/ la torsion dilatation de l'estomac

1/ La cysténurie du terre neuve.

la cysténurie est une maladie génétique due à l’accumulation de cystine dans le rein qui provoque la formation de calculs rénaux et des inflammations de l’appareil urinaire ( C'est une formation de cristaux de cystine dans les reins, uretère et vessie). Le chien a des difficultés à uriner et peut présenter du sang dans les urines. Ces symptômes apparaissent dès 6 mois chez le chien. Non soignée, cette pathologie peut conduire au dysfonctionnement du rein et à la mort du chien.

La cysténurie est due à la transmission d'un gène autosomal récessif.

 

 

2/ Les cardiopathies héréditaires du terre neuve

A priori certaines lignées de terre neuve seraient plus touchées que d'autres. Actuellement le principe de recherche est basé sur l'écoute au stéthoscope d'éventuels murmures cardiaques avec confirmation ou non d'une affection par écho-doppler. Mais il faut savoir que certaines atteintes sont peu ou pas accompagnées de bruits suspects, comme la cardiomyopathie dilatée et surtout pour que l'observation soit complète, il faut la renouveler au fur et à mesure de la vie du chien.

3/ L'ostéochondrite disséquente ou dysplasie du coude du terre Neuve

C'est une affection encore assez mal connue, son diagnostic étant difficile par la difficulté de réalisation de la radiographie. On se dirige de plus en plus vers les scanners et les images 3D. Suivant l'atteinte du chien, la boiterie serait plus ou moins marquée. Là encore certaines lignées seraient plus concernées que d'autres. Mais c'est aussi une affection multifactorielle, dont les facteurs environnementaux, alimentaires, hormonaux et traumatiques sont aussi à prendre en compte.

4/ La dysplasie coxo-fémorale ou dysplasie de la hanche du terre neuve

 C'est la premiére maladie réellement suivie au sein des clubs canins avec une réelle politique prophylactique.

Pour ce qui concerne le terre neuve et le club français du chien de terre neuve et landseer (CFCTNL), depuis 1994 les radiographies des hanches sont lues par un seul lecteur officiel (Dr Legeard). Ce qui permet d'avoir un recul suffisant pour en tirer des schémas directeurs dans l'utilisation des reproducteurs.

La dysplasie est une affection qui atteint principalement les grands chiens et est, elle aussi, multifactorielle (environnement, alimentation, traumatisme). Mais il y aurait surtout une prédisposition génétique maintenant avérée. Cette affection ostéoarticulaire est une malformation pouvant limiter le mouvement et aboutissant à une arthrose de l'articulation (une usure prématurée de la hanche). Une hanche est dite dysplasique quand la tête du fémur n'est pas complétement recouverte par l'acétabulum (cavité creuse du bassin où s'insére la tête fémorale)

Cette dysplasie est classée en fonction de sa sévérité en 5 stades :

 

  • A  (exempt de dysplasie)
  • B  état sensiblement normal
  • C  dysplasie légère
  • D  dysplasie modérée
  • E  dysplasie sévère

Il est à noter qu'un chien avec un stade E peut ne pas être handicapé (ou peu ) tout au long de sa vie et un autre complètement « coincé » à l'âge de 6 ou 7 mois.

Depuis 1994 environ 63% des chiens sont classés stade A ou B avec une amélioration ces dernières années, 76% en 2003.

Note : Le CFCTN conseille de faire radiographier systématiquement les chiens et de ne faire reproduire que des chiens de stade A, B ou C depuis 1995.

 

Ces résultats ne sont pas seulement liés à des facteurs environnementaux. Aujourd'hui, on s'accorderait plutôt à dire que l'environnement du chien serait plutôt aggravant et non un facteur principal.

Un chiot A ne devrait pas devenir B ou C, par contre un chiot susceptible d'être C peut être lu de stade B ou A du fait de l'absence de facteurs environnementaux contre-indiqués.

Ainsi, l'alimentation des jeunes chiots terre neuve doit mériter une attention toute particulière. Un chiot terre neuve sur-alimenté et sur-suppléé en vitamines et minéraux aura une croissance beaucoup trop rapide et sera trop lourd pour son squelette, ce qui se traduira par une prédisposition à la dysplasie.

Cette maladie se diagnostique par un examen articulaire et une radiographie.

 

La dysplasie coxo-fémorale implique plusieurs gènes ( 10 à 15 mais la possession de 7 ou 8 serait suffisant pour la déclarer) pour la plupart récessifs (des parents E peuvent avoir des chiots A). Du coup, tous les chiens A ne sont pas égaux s'ils sont issus de parents qui ne sont pas de stade A. Ce qui signifie que ces chiots stade A seront vraissemblablement plus porteurs de gènes de dysplasie pour leur descendance que des chiots A issus de parents A. On peut ajouter que l'utilisation de stade autre que A reduit le taux de chiots de stade A au sein des portées. L'accouplement de B x B ne produit plus que 58% de chiots A ou B.

On peut légitimement se poser la question de savoir si la sélection de la femelle (lice) serait plus importante que celle du mâle dans le cadre de la transmission de la dysplasie. A priori une chienne de stade A produirait une plus forte proportion de chiots de stade A ou B.

 

Quels sont les traitements préconisés pour un terre neuve atteint de dysplasie ?

 

Même si la dysplasie ne se guérit pas, il existe plusieurs traitements pouvant réduire la douleur ou carrément arrêter le processus de dégénéréscence de l'articulation.

En cas d'atteinte légère, les anti-inflammatoires permettent de réduire la douleur et l'inflammation. Certains vétérinaires préconisent aussi l'adjonction d'un chondroprotecteur qui permet le renforcement du cartilage.

Il est aussi recommandé d'effectuer :

 

  • un contrôle stricte de la masse corporelle du chien de façon à limiter la charge sur les articulations.

  • Un exercice modéré et régulier qui permet un renforcement articulaire (promenade en laisse et nage avec de longues périodes de repos s'avèrent extrêment bénéfiques).

En cas d'atteinte dysplasique très sévère, il est possible d'intervenir chirurgicalement. Il existe 4 principales opérations possibles :

  • Triple ostéomie de la hanche : Opération consistant à modifier la cavité acétabulaire pour permettre un meilleur recouvrement de la tête fémorale.

  • Myotomie du pectiné : Opération consistant à couper le muscle pectiné. A priori cette opération est peu utilisée du fait de son caractère temporaire.

  • Exérèse-arthroplastie de la tête et du col fémoral : Opération consistant à retirer l'articulation arthrosée (ne se pratique pas sur le Terre Neuve en raison de son poids trop important, la limite étant, pour cette opération, fixée à 35 kg)

  • Pose d'une prothèse : Opération consistant à remplacer complètement l'articulation de la hanche. C'est cette opération qui obtient les meilleurs résultats.

Comme nous l'avons vu, une dysplasie ne se guérit pas, mais il existe aujourd'hui de bon traitement (médicamenteux ou chirurgicaux) qui permettent au chien de « mieux vivre sa dysplasie ». Dans tous les cas quelque soit l'âge du chien, l'état de l'articulation ou votre budget, votre vétérinaire est le mieux placé pour vous conseiller.

 

D'apres la thése N° 99, 2005, Traynard Sylvain. Création et exploitation d'une base de donnée appliquée au chien Terre-Neuve. D'aprés l'article "dysplasie de la Hanche : comment décoincer la situation" de Maud Laffon , vétérinaire, in La revue technique du chien N°4  Novembre/Décembre 2008, p 36.

/a>  

5/ La torsion dilatation de l'estomac

 Le Terre Neuve comme bon nombre de races de chiens peut être victime d'une dilatation d'estomac (ou DTE dans l'obscur jargon vétérinaire). Cette affection touche essentiellement les grandes races canines mais aussi les chiens de petite taille voir même les chats ! Le syndrome de DTE ( STDE) se caractérise par des symptômes engendrés par la dilatation et la torsion de l'estomac. La dilatation correspond à une accumulation gastrique d'air, de liquide et de mousse.

En cas de torsion, un phénomène supplémentaire apparaît : la rotation de l'estomac autour de son axe mésentérique. Ce syndrome d'apparition brutale et d'évolution rapide, induit de nombreuses perturbations physiologiques graves et complexes, potentiellement mortelles. La dilatation simple peut survenir à tout âge et chez toutes les races, mais elle atteint particulièrement les chiots à cause de leur gloutonnerie. De nombreux facteurs peuvent être considérés comme favorisant l'apparition d'un SDTE mais AUCUN n'a actuellement pu être identifié comme déterminant.

Outre la prédisposition raciale, il existerait une prédisposition familiale au sein d'une même race. Un individu, dont les parents ont été victimes d'un SDTE, a plus de risque d'en développer un au cours de sa vie. L'alimentation semble jouer un rôle dans l'apparition de l'affection. L'ingestion rapide d'un repas volumineux et/ou l'absorption massive d'eau suivies d'un exercice violent sont souvent évoquées dans les STDE. Le tempérament peureux de l'animal semblerait augmenter le risque de DTE, cela serait expliqué par le stress favorisant l'altération de la mobilité gastrique… D'une façon générale, la dilatation précède toujours la torsion.

De plus, le STDE s'accompagne d'un état de choc à composantes multiples : arythmies cardiaques, déséquilibres électrolytiques, et grand lot de lésions connexes (hépatiques, duodénales, pancréatiques…) Dans tous les cas, quel que soit le sens et l'importance de la torsion, l'augmentation de la pression intra-gastrique, provoque une compression de la veine cave caudale et du système porte, elle même responsable d'un ralentissement de la circulation sanguine au sein des organes abdominaux.

D'autre part, la rate, entrainée par le ligament gastro-splénique, suit l'estomac dans sa rotation provoquant ainsi des arrachements vasculaires interdisant un apport sanguin à certaines zones gastriques. Ce qui va se traduire par un infarctus et une nécrose de la paroi gastrique. Cette nécrose de la paroi gastrique est la cause majeure de mortalité lors d'un STDE. 

Malgré une prise en charge chirurgicale rapide, 45% des chiens victimes d'un STDE décèdent…

Laisser un commentaire

Élevage de Terre-neuve Loire Rhône Alpes Auvergne | Terre Neuve Noir et Blanc |